Artiste

For the english version, please follow this link


Artiste
Maria Conti, sculptures en bronze et bijoux

Ses sculptures sont monumentales : ce qui ne veut pas dire grandes de taille mais pensées en grand, "avec grandeur".

En effet, elles contiennent énormément de potentialité dans leur échelle: telles qu'elles se présentent, de 5 Cm, 10 ou 30 Cm, elles se suffisent à elles-mêmes dans leur dialogue plastique mais elles contiennent la potentialité qui fait qu'on peut les imaginer plus grandes, doublées, triplées pour devenir sculpture d'intérieur, posées au centre d'une table, sur une tablette ou sur un haut socle.

... ou encore les voir comme les maquettes de sculptures beaucoup plus grandes de taille, d'un mètre de large, et plus encore, comme les modèles de réalisations monumentales de plusieurs mètres, voire devenir architecture de pavillons pleins et massifs.

Toutes ces potentialités sont contenues dans ces oeuvres constituées souvent de la rencontre de 3 éléments géométriques denses et puissants, qui se regroupent, s'emboîtent, ou alors s'approchent de très près mais sans se toucher. D'autres pièces de 5, 6 ou 8 formes pleines et vigoureuses, aux plans lisses créent une autre concrétion.

C'est leur géométrie particulière qui exprime si bien leur forme. Il y a en effet une densité dans ces formes lisses et compactes. Leur finition tient de la bijouterie. Toutes les pièces s'inscrivent dans une montée triangulaire, comme si elles étaient poussées par la terre vers le haut. Il y a toujours aussi dialogue des volumes. Lorsque deux formes sont en place, il y a simplement rencontre, mais c'est à partir de trois qu'il y a composition.

Artiste
Chacun y projettera sa vision: pour l'un un gros bijou, un autre un presse-papier, un troisième des formes à toucher, un quatrième une sculpture urbaine, etc.

Les bijoux sont également des compositions de formes ou des dialogues entre pierres équarries et polies dans une surface géométrique plus rigoureuse en argent.
Lequel tient l'autre?
Lequel domine ?
Il y a toujours une surface ronde, carrée qui rencontre, côtoie, sert de fond à des pierres traitées géométriquement avec plus de souplesse.

Marc CRUNELLE


Artiste
Maria Conti, la forme maîtrisée

Bijoux et sculptures constituent les deux axes du travail de Maria Conti. Dans les deux cas, des matières nobles, polies et sans exubérance à travers lesquelles l'artiste recherche l'harmonie avant tout. Contrastes des formes, jeu des angles et des courbes contribuent à créer cet équilibre à la limité du point de rupture mais sans précarité, tant les objets créés par Maria Conti existent par eux-mêmes et semblent aller de soi. Le dépouillement n'est pas ici économie de moyens ou renoncement face à la difficulté. Il touche à l'épure d'un art à deux visages qui préfère la sérénité à la tension, la fluidité aux contorsions.



Artiste
Dans le registre de la sculpture, Maria Conti exploite une certaine pesanteur tout en conservant le dialogue avec l'espace. Et si certaines pièces ont cette intimité rassurante des formes un peu ramassées sur elles-mêmes, d'autres en revanche se lancent à l'assaut d'un espace illimité, le percent de leurs arêtes puissantes. Ces assemblages de plusieurs pièces distinctes évoquent parfois les formes de l'architecture urbaine. Dans certains cas, ils constituent tout simplement un objet porteur d'harmonie, à moins qu'ils ne jouent de leur mouvement interne pour créer une dynamique particulière qui joue des différentes forces en présence.



Artiste
Ses bijoux puisent leur élégance et leur beauté aux mêmes sources : pureté, équilibre et dépouillement. Pendentifs, bagues, broches et boucles d'oreille se composent de métaux tels que l'or ou l'argent pour ce qui est de l'ossature. Maria Conti y confirme son goût des surfaces lisses, de la ligne et des épaisseurs multiples. Elle y enchâsse parfois des fragments de minéraux dont les motifs naturels et la couleur dominante créent des contrastes de forme et de matière.

D.P. (2007)





Artiste
Maria Conti par elle-même

Je suis née en Italie ou j'ai fréquenté les humanités artistiques et la première année d'architecture. J'ai poursuivi mes études d'architecture à Bruxelles à « l'ACA » (actuellement I.S.A. Victor Horta). C'est également à l'ACA que j'ai suivi les formations de 'sculpture non figurative ' et de 'sculpture monumentale'. Entre 1994 et 1999, j'ai appris la technique et l'art de la création du bijou.
Dès les début de mes études artistiques j'ai été interpellée par les formes, leur nombre infini et les combinaisons tout aussi infinies qui peuvent exister entre elles.
L'approche de la sculpture non figurative et monumentale m'a fait découvrir que l'esthétique n'est autre que le résultat du rapport entre les formes ainsi que l'émotion et le sentiment qu'elles peuvent provoquer.



Artiste
Lorsque j'étais jeune j'ai été émue par le travail de Paul Klee.
Mon travail de sculpteur à été plus tard défini comme étant d'inspiration 'constructiviste'.
D'abord comme sculpteur et puis comme créatrice de bijoux, j'ai poursuivi ce travail de recherche «d'équilibre à la limite du point de rupture». Créer un lien entre des éléments en contraste, de nature ou d'aspect différents, en les épurant de plus en plus. Pleins et vides, opaques et brillants, inclinaisons différente des plans qui constituent les différents éléments, interpénétration des formes pour aboutir à un élément unique.
Emotion et pragmatisme font de moi un être nuancé et structuré en même temps, tant dans ma vie personnelle que dans mon travail.
Le défi est celui de faire cohabiter sans dissimulation une grande émotivité et un caractère entier, pour que ces deux éléments antagonistes deviennent complémentaires.

Maria Conti
22/02/2008